Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
UNION LOCALE CGT BEZONS

Le logement de fonction : un outil indispensable pour exercer la mission de gardien

6 Mai 2015 , Rédigé par cgtbezons

Le logement de fonction : un outil indispensable pour exercer la mission de gardien

Mardi 5 mai, 350 gardiens d’immeubles, avec leurs syndicats C.G.T. se sont rassemblés devant le ministère de la Fonction publique pour demander à Mme Lebranchu l’abrogation du décret du 9 mai 2012

De nombreux syndicats C.G.T. d’OPH d’Ile de France étaient présents pour exiger l’abrogation du décret du 9 mai 2012, dont l’objet est de supprimer les logements de fonction des fonctionnaires, ainsi que tous les avantages acquis liés au logement de fonction ou aux logements attribués par nécessité absolue de service (la gratuité des fluides). Des élus de toutes tendances ont affirmé leur attachement à un service public de proximité dans les cités, et ont demandé la révision du décret. Madame Lebranchu, est venue elle-même sur place au début du rassemblement et a affirmé à un élu va demander la modification de ce décret pour que les gardiens d’immeubles bénéficient de logements de fonction et la gratuité des charges.

Loin des beaux discours…

La proximité et l’austérité ne font pas bon ménage !!

A la suite de ça, une première délégation s’est rendue au Ministère du logement : nous avons réaffirmé la complexité de notre métier, nous avons entendu des représentants gouvernementaux nous dire que la ministre était attachée à notre métier, que nos revendications étaient légitimes… Mais personne ne s’est avancé sur le maintien du décret. Des suggestions ont été avancées : les offices pourraient mettre en place des mesures de compensations (mais cela aurait des conséquences sur la feuille d’impôt !)… La seule solution valable, c’est l’abrogation du décret (qui ne concerne pas les hauts fonctionnaires, seulement les smicards et les bas salaires, comme toujours !).

Une seconde délégation s’est rendue au Ministère de la Fonction publique. Là aussi, nous avons ressenti une compréhension très lointaine de la réalité de notre métier. Là aussi, on nous a dit « comprendre le problème ». Nous avons fait remarquer que partout le métier de gardien est mis en avant dans les médias, les campagnes politiques, et là, on nous retire le logement de fonction.

Quelques arguments complémentaires

=> Tout d’abord, ce décret est illégal : il concerne des fonctionnaires territoriaux mais n’est pas passé devant le Conseil Supérieur de la Fonction publique territoriale.

=> Des élus peu scrupuleux voudraient d’ores et déjà utiliser le contenu du décret pour saquer les derniers fonctionnaires de leur OPH

=> Ce décret ne concerne pas que les gardiens dans les Offices. Les gardiens territoriaux dans les collectivités territoriales sont également concernés.

=> Ce décret produit sous le gouvernement Fillon-Sarkozy, appliqué par le gouvernement Valls-Hollande n’est pas étranger à toutes les mesures prises actuellement pour « réduire les coûts », pour privatiser les services publics.

Il s’intègre dans tout le dispositif du pacte dit de responsabilité et de la désastreuse réforme territoriale, entièrement conçue pour les grands groupes du BTP, les banques et les spéculateurs, pour lesquels le « service au public » est une source de profits considérables.

Aujourd’hui, ce sont les gardiens, demain ce sera pour les techniciens, pour les agents d’accueil, pour les agents de gestion, pour les chargés d’opération… C’est pourquoi, avec tous les gardiens de France, nous demandons l’abrogation de ce décret honteux. Dans la négociation, nous exigeons à minima que les gardiens fonctionnaires territoriaux des offices et des villes soient retirés du champ d’application.

Prochaine étape de la mobilisation pour l’abrogation du décret du 9 mai 2012 :

Nous appelons les agents à participer massivement à la journée de mobilisation du 19 mai proposée par la Fédération C.G.T. des Services Publics pour affirmer notre attachement au service public, à notre statut, et pour réaffirmer avec tous les agents et salariés notre rejet de la réforme territoriale, notre opposition à la création de la Métropole du Grand Paris ; pour l’abrogation de la loi MAPTAM ; pour réaffirmer notre refus de toute mobilité forcée ; pour exiger le maintien de tous nos acquis (logement, régime indemnitaire, conditions de travail…)

Sans attendre, adressons nous à nos élus, adressons nous aux membres des conseils d’Administration de nos Offices, demandons leur de prendre position pour l’abrogation du décret et de s’adresser au gouvernement pour le faire savoir.

Début juin, suite aux engagements pris par les représentants des ministres, nous nous rendrons là où cela se décide pour entendre une réponse à nos revendications : Pas touche à mon logement, abrogation du décret du 9 mai 2012

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :