Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
UNION LOCALE CGT BEZONS

Retrait du projte de Loi Macron : La fédération du commerce, de la distribution et des services appelle à faire du 23 juin une grande journée de mobilisation,

17 Juin 2015 , Rédigé par cgtbezons

 Retrait du projte de Loi Macron : La fédération du commerce, de la distribution et des services appelle à faire du 23 juin une grande journée de mobilisation,

Le 23 juin amplifions la mobilisation pour exiger le retrait du projet de loi macron, pour exiger des augmentations de salaires pour vivre dignement, pour exiger une autre politique au service du progrès social.
Les salariés du commerce de la distribution et des services en ont assez de servir de cobayes à toutes les dérèglementations.


Après les mobilisations de ces derniers mois, le 23 juin est une nouvelle étape pour faire entendre les revendications des salariés du commerce de la distribution et des services et dire NON au projet de loi « MACRON ». Le Sénat vient d’adopter à une large majorité le projet de loi macron, ce projet amendé par les sénateurs revient devant l’Assemblée nationale encore plus destructeur pour le monde du travail.


Depuis des années patronat et gouvernement bafouent et bradent nos droits au nom de la « liberté d’entreprendre », le Code du travail serait un frein à l’emploi et à la croissance !
Pourtant le patronat du commerce n’a jamais été aussi bien loti : des millions d’aides publiques sont distribuées chaque année sans aucune contrepartie, les dividendes versés aux actionnaires explosent. Les résultats des NAO sont largement en deçà de nos besoins : Sodexo 0.4 %, Carrefour Market 0.5 %, FNAC 0.5 %, les plan sociaux dans nos entreprises se multiplient (Vivarte, Intermarché, Galeries Lafayette etc).


ÇA SUFFIT,
Je prends mes affaires en main,
Je ne me laisserai pas faire !


La fédération du commerce, de la distribution et des services appelle à faire du 23 juin une grande journée de mobilisation, en participant au rassemblement à Bercy, devant le Ministère de l’Économie et des Finances, 139 rue de Bercy, 75012 Paris.


Le président de la république l’avait claironné, en janvier 2014 : « Le pacte de responsabilité, c’est un grand compromis social, sans doute le plus grand qu’il ait été proposé depuis desdécennies à notre pays. »


Curieux constat quand on apprend que début 2015, seules 11 branches ont signé des accords qui n’engagent pas à grand-chose !


Censé doper la croissance et l’emploi, le pacte de responsabilité est totalement contreproductif.
Au sein de nos champs professionnels, seule la restauration rapide a signé un accord prévoyant la création de 3500 emplois, un chiffre qu’il conviendra de vérifier et qui reste bien dérisoire au regard du montant des aides accordées aux entreprises du secteur et à leurs pratiques sociales.
Dans une branche comme l’hôtellerie restauration, 5ème employeur du secteur privé, aucune négociation n’est en cours, le patronat de ce secteur refusant tout engagement en matière d’emploi et de rémunération alors que le montant net du CICE dont bénéficient les entreprises s’élève à 1 milliard d’euros par an.


Dans des grands groupes comme VIVARTE, on encaisse des dizaines de millions d’euros
et on sacrifie des milliers d’emplois.


Austérité, Précarité, nos salaires stagnent, les dividendes flambent sans que le gouvernement ne revienne sur sa politique désastreuse.
Patronat et gouvernement se renvoient la balle pour éviter de porter une quelconque responsabilité face au constat d’échec du pacte de responsabilité.
Dans le prolongement de la campagne confédérale sur les salaires, la fédération a
décidé d’une journée d’action le 23 juin prochain avec une manifestation devant le
ministère de l’économie.

Nous devons créer les conditions d’une mobilisation massive ce 23 juin pour exiger :
✔ la revalorisation des salaires et pensions ;
✔ l’égalité salariale femmes - hommes ;
✔ la reconnaissance des qualifications.
Et pour crier notre colère face à une politique injuste qui accorde des milliards aux patrons sans aucune contrepartie pour les salariés.


Exigeons tous ensemble l’arrêt immédiat de la destruction de notre système de protection sociale ;
Exigeons tous ensemble la création de vrais emplois et de bonnes rémunérations.

LE 23 JUIN, TOUS À BERCY, TOUS DANS L’ACTION.
MACRON, C’EST TOUJOURS NON !

Partager cet article

Repost 0