Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
UNION LOCALE CGT BEZONS

ATSEM : des conditions de travail dégradées

9 Juin 2016 , Rédigé par cgtbezons

ATSEM : des conditions de travail dégradées

Depuis la mise en place de la réforme des rythmes scolaires les conditions de travail des ATSEM de Bezons ne font que de se dégrader avec une polyvalence professionnelle accrue et une surcharge de travail de plus en plus importante.

Le non remplacement des ATSEM sur le temps scolaire ne fait qu'aggraver cette situation et a pour conséquence : l’augmentation de la fatigue, l’accentuation du stress, la multiplication des tâches de travail, l’impossibilité d'entretenir correctement les locaux, la démotivation du personnel, des arrêts de travail de plus en plus fréquents

Les ATSEM de Bezons ont adressé au Maire de Bezons un courrier en avril 2016 pour lui expliquer leurs difficultés à exercer leur mission en particulier quand les effectifs sont insuffisants.

Depuis la nouvelle charte signée en septembre 2015 entre la ville et l’éducation nationale le remplacement des ATSEM ne se fait qu’en cas de longue maladie, ou congé maternité, et/ou si l’effectif est inférieur à 50 %

Ex : Dans une école de 6 classes, une ATSEM ne sera remplacée que si l’effectif ATSEM présent est de deux personnes

Avant cette chartre, le remplacement des ATSEM se faisait à partir de 15 jours d’absence et une remplacement s’effectuait à partir de deux ATSEM absent(e)s.

Cela a conduit à des situations très compliquées comme à l’école Marcel Cachin où une classe de petite/moyenne section est restée sans ATSEM pendant 10 semaines et une autre 17 semaines.

Une délégation d’ATSEM et le syndicat CGT ont été reçu le 1 er juin 2016 par les élus concernés et la direction du service Enfance et Éducation.

Ils ont été attentifs à leurs revendications mais évoqué que le fait de la baisse des dotations municipales, entre autres, ne permettrait pas de revenir sur cette charte et ce point en particulier.

Espérons que l’annonce de François Hollande le 2 juin 2016, au congrès des maires « de diminuer de moitié l'effort demandé aux communes et aux intercommunalités en 2017" aura des répercussions sur le budget de la ville et que l’éducation sera une priorité

La municipalité semble cependant accepter de réfléchir sur le remplacement des ATSEM au moins sur le temps du midi et instaurer un taux d’encadrement de 1 adulte pour 10 enfants sur ce temps péri-scolaire. cela devrait permettre d' accueillir les enfants dans de meilleurs conditions mais cela ne réglera pas le problème du temps scolaire.

AU NIVEAU NATIONAL :

En 2015, la fédération CGT des services publics a mené une enquête nationale sur les conditions de travail des ATSEM. Celle-ci démontre que les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles sont en butte à de nombreuses difficultés professionnelles : absence d’évolution du cadre d’emploi, manque de formation professionnelle choisie, faible reconnaissance de la valeur réelle de leurs missions (pour près de huit réponses sur dix)… Ils ont aussi des problèmes de santé liés à l’environnement de travail (bruit, stress, risque de maladies contagieuses…) et à l’accomplissement de leurs tâches : maux de tête, douleurs au dos (96 %), aux poignets (45 %), à l’épaule (58 %) ou encore aux genoux (28 %)…

L’enquête montre que leurs journées de travail sont très diverses. Selon les textes ils assistent les enseignants pour la réception, l’animation et l’hygiène des très jeunes enfants ainsi que pour la préparation et la propreté des locaux et du matériel qui leur sert « directement ». Dans les faits, outre l’accueil des enfants, la transmission d’information aux parents et aux enseignants ou la surveillance de la sieste, les ATSEM rangent le matériel pédagogique, habillent les enfants, leur prodiguent des soins d’hygiène, surveillent les récréations… Mais il arrive aussi qu’ils accompagnent des enfants handicapés ou allergiques, animent des ateliers, montent et démontent les équipements de sport, traitent les déchets (compost), lavent et cousent le linge de l’école, encadrent les futurs ATSEM ou entretiennent tous les locaux.

Ils ne sont pas toujours intégrés à l’équipe des enseignants et n’assistent pas souvent aux réunions, sont de moins en moins remplacés en cas d’absence et peuvent avoir des difficultés avec l’autorité territoriale, et avec les agents d’animation au sujet des nouveaux rythmes scolaires. Et la pause obligatoire de vingt minutes minimum après six heures de travail consécutives n’est pas toujours respectée.

Rien d’étonnant que dans plusieurs villes de France la dégradation d’accueil des enfants en maternelle se soit amplifiée entrainant de nombreux conflits sociaux comme par exemple à Argenteuil, Pontoise, Colombes, les Ulis, Rueil Malmaison, Brest, le Havre, …

Il devient donc important que ces luttes isolées prennent de l’ampleur et que Mme la Ministre de la fonction publique comprenne qu’il est temps de prendre en compte le rôle des ATSEM dans la communauté éducative et de reconnaitre les difficultés inhérentes à leur métier.

La Fédération CGT des services publics adressera prochainement une motion au gouvernement sur le statut des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM).

En attendant nous invitons le maximum de personnes à signer la pétition ci-dessous :

Partager cet article

Repost 0