Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
UNION LOCALE CGT BEZONS

Articles récents

Rassemblement vendredi 30 juin contre le licenciement de 88 salariés de SEMPERIT Argenteuil

28 Juin 2017 , Rédigé par cgtbezons

CGT FO COMMUNIQUE SEMPERIT ARGENTEUIL

La multinationale SEMPERIT (Autriche)

22 Usines employant 7000 salariés dans le monde

853 Millions d’Euros de Chiffres d’affaires en 2016

90 Millions d’Euros de bénéfices en 2016 dans sa seule division Industrie

Leader mondial de la fabrication des gants d’examens et de chirurgie

Qui fabrique aussi des convoyeurs, des tuyaux et feuilles caoutchouc, des courroies, etc..

Qui a versé 25 Millions en 2015 et 15 Millions d’Euros en 2016 à ses actionnaires

Qui vient d’engranger 220 Millions d’Euros dans la session d’un joint-venture en Thaïlande

Vient de décider de tirer un trait sur notre usine d’ARGENTEUIL qui produit des Bandes Transporteuses (tapis roulants pour les Mines).

Les 88 salariés menacés de licenciement ont décidé de dire non à la fermeture de leur site de production.

Les commandes existent, c’est le service commercial situé à LEVALLOIS (92) qui les engrangent.

Mais SEMPERIT préfère les faire fabriquer en POLOGNE et en CHINE pour de meilleurs profits.

Les ouvriers et les salariés d’ARGENTEUIL et de LEVALLOIS disent :

NON AU LICENCIEMENT BOURSIER

C’est ce que défendront nos délégués lors du CE Extraordinaire Vendredi 30 Juin à 11H30.

VENEZ NOUS SOUTENIR

10 RUE DES CHARRETIERS – 95100 ARGENTEUIL

 

Lire la suite

Maison de retraite Les Pensées Argenteuil Ils ont gagné

20 Juin 2017 , Rédigé par cgtbezons

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes, personnes debout, foule et plein airAprès 30 jours d’une grève acharnée, la direction entend enfin la voix de la raison et accepte de répondre favorablement aux revendications du personnel !

Ils ont gagné entre autre :

  • La remise à plat de leurs conditions de travail,
  • L’embauche d’un poste de lingère d’une ASH JOUR et d’une ASH nuit,
  • Une prime de 200 euros net par salarié,
  • Un accord d’intéressement avec une enveloppe de 30 000 €,
  • Formation d’aide soignante,
  • Pour les personnels de l’accueil de jour qui ont fait du commercial une prime de 400 € et remboursement de frais kilométriques,
  • Pour les infirmières : prise en compte de la surcharge de travail et la pénibilité,
  • Salle de pause réaménagée,
  • Un réel respect de la dignité du personnel,
  • Résolution de tous les problèmes individuels, etc…

L’UL CGT ARGENTEUIL et les grévistes remercient chaleureusement :
Sonia AINOUZ, Jean Pierre DESCHAMPS, Daniel HOMMEAU, Dominique MARIETTE, Daniel ISSAADI, Sébastien VELASCO, la CE de l’ UL, l’UD CGT 95, l’USD Santé, SDEN, TX ARGENTEUIL, l’ensemble des UL du 95, les Argenteuillais, le Secours Populaire, les partis politiques PCF, LO, FI, PS, PCOF,   et toutes les personnes qui ont participé activement au conflit ainsi que toute votre solidarité financière… Une belle lutte gagnante qui en appellera
d’autres !!!

Pour l’UL CGT Argenteuil.
Patrick DEMAY
(Petit ajout de la COM de l’UD : Nous remercions aussi Patrick DEMAY pour sa grande présence et surtout ses talents de négociateur en binôme avec Sonia et surtout les grévistes pour leur force, leur
détermination. Félicitations au nouveau syndicat CGT « Les Pensées » !!! )

Lire la suite

Vendredi 23 Juin à 08h30 devant le Tribunal de la grande instance de Versailles pour soutenir Farid salarié et militant syndical chez PSA Poissy

19 Juin 2017 , Rédigé par cgtbezons

Vendredi 23 Juin à 08h30 devant le Tribunal de la grande instance de Versailles – 5 Place André Mignot, 78000 Versailles

Militant(e)s, syndiqué(e)s, l’union local CGT de Poissy, l’Union Départementale 78 et le syndicat CGT PCA de Poissy vous appellent à un rassemblement pour défendre les libertés syndicales

En effet, au travers de l’attaque dont il est victime, le secrétaire général du syndicat PCA POISSY, c’est bien toute la CGT, c’est bien le droit d’expression, le droit de dénonciation des méthodes patronales qui sont visés.

Des milliers d’emplois dépendent de l’usine : des salariés de PSA bien sur, mais aussi des centaines d’intérimaires, de très nombreux sous-traitants. Sans compter les emplois induits : service public, transports, communication etc..

C’est donc tout un bassin d’emploi et de vie qui s’anime autour de cette industrie depuis de nombreuses années.

La direction de Peugeot ne cherche qu’à augmenter ses profits, en transférant à des sous-traitants de plus en plus d’activités, en diminuant le nombre d’emplois (depuis deux ans, 50 CDI disparaissent chaque mois !), en imposant des périodes de chômage partiel (financées par l’Etat et l’assurance chômage) et d’autres avec le travail du samedi, en réduisant la taille du site

Chacun(e) l’aura compris, au travers de ce procès, c’est la confirmation que le rouleau compresseur de la répression est en marche. C’est la CGT et l’ensemble de toutes celles et tous ceux qui relèvent la tête, qui luttent pour les conditions de travail, l’emploi et l’avenir du site qui sont visés.

C’est pourquoi nous vous appelons à une grande mobilisation ce 23 Juin pour soutenir notre camarade Farid.

Lire la suite

Mardi 27 juin : Rassemblement et pique nique à 12h00 - Esplanade des Invalides - contre les futurs lois travail anti sociales

19 Juin 2017 , Rédigé par cgtbezons

Résultat de recherche d'images pour "pique nique clipart"Le syndicat des retraités de Bezons à le plaisir de vous  inviter  à pique-niquer pour le premier rassemblement  contre la casse sociale (repas sorti de votre sac).
Mardi 27 juin
à 12h00 - Esplanade des Invalides
Pour Bezons, rendez-vous au Tram à 11h pour un départ collectif
 
Faisons de ce rassemblement de colère un événement festif (la lutte ne doit jamais être triste).

Combattons les projets de Macron qui veut profiter des vacances pour imposer par ordonnances une austérité renforcée, une nouvelle baisse des pensions de retraites, affaiblir encore la sécu, réduire encore les services publics et démolir les dernières protections sociales des salariés.


Il veut ainsi instaurer la loi du plus fort, le pouvoir absolu et arbitraire du patronat au sein des entreprises et des administrations en cassant les dernières garanties collectives des salariés les réduisant à se défendre seuls face à chaque patron sans le garde fou de la loi.

Nous ne pouvons pas le laisser faire, sans réagir vivement, cette discrimination de classe des salariés au profit du patronat !
Organisons la riposte dans tout le pays et les entreprises contre ce retour au 19ème siècle.
Jeunes, privés d'emploi, retraités et actifs du privé comme du public ... REJOIGNEZ NOUS
Faisons du 27 juin une date qui marquera notre avenir et le début des luttes à venir.
 
Lire la suite

PREMIER RENDEZ-VOUS SUR LA LOI TRAVAIL XXL : Les salariés ont de quoi se mobiliser !

15 Juin 2017 , Rédigé par cgtbezons

Résultat de recherche d'images pour "loi travail cgt"6 réunions d’une heure par syndicat – qui plus est, sans aucun texte du gouvernement –ne font pas une concertation. 6 heures pour démanteler 120 ans de droit du travail conquis par les luttes sociales, voilà qui est inadmissible !


Où sont reprises les propositions des organisations syndicales de salariés ?
C’est bien les exigences du Medef qui se dévoilent.
En effet, ce matin, les intentions de la ministre du travail se sont précisées et le scénario du pire pour l’ensemble des salariés se confirme.


C’est la fin des conventions collectives

. Avec ce projet gouvernemental, tous les droits garantis par les conventions collectives de branche seraient remis en cause voire amenés à disparaître :primes diverses (ancienneté, vacances, etc.), intégralité du salaire versée pendant les arrêts maladie, indemnités conventionnelle de départ en retraite ou de licenciement.


Le gouvernement annonce, dans l’espace feutré du bureau du ministère, vouloir dénaturer les mécanismes de négociation. En dehors des 6 thèmes sur lesquels l’accord d’entreprise ne peut pas faire moins bien que l’accord de branche, tous les autres sujets pourraient être tirés vers le bas parce que renvoyés vers l’accord d’entreprise.


C’est donc bien une logique de mise en concurrence des salariés pour faire baisser ce que le patronat qualifie de « coût du travail » qui est en marche.


C’est l’affaiblissement de la loi. De nouveaux thèmes aujourd’hui exclusivement régis par la loi pourraient être renvoyés à la négociation de branche, tels que les motifs de licenciement (fautes anodines, savoir être, chiffre d’affaire de magasin trop faible, cadences et production sur la chaine insuffisantes, etc.). Cela pourrait s’appliquer aussi à l’ouverture de cas de recours au CDD (embauche en CDD pour effectuer des travaux dangereux, remplacement de salariés grévistes, CDD en lieu et place d’une période d’essai), etc.


C’est la fin du contrat de travail. Le contrat de travail de chaque salarié ne pourrait plus résister à des règles régressives prévues par l’accord d’entreprise. Si celui-ci prévoit une clause de mobilité ou encore une baisse des salaires et que le salarié refuse, il serait purement et simplement licencié.


La CGT, au contraire, porte des propositions modernes et de progrès social partagées par la majorité des salariés et que le gouvernement refuse pour le moment de prendre en considération.


Les salariés refusent la loi Travail. La CGT les appelle à poursuivre et amplifier la mobilisation contre le projet XXL du gouvernement Macron.

 

Rassemblement Mardi 27 juin 12h00
Esplanade des Invalides

Départ de Bezons RDV à 11 h au tram

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>