Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
UNION LOCALE CGT BEZONS

Mardi 11 octobre : rdv devant le ministère de l'education pour défendre le maintien des lycées en zone d'education prioritaire

8 Octobre 2016 , Rédigé par cgtbezons

Mardi 11 octobre : rdv devant le ministère de l'education pour défendre le maintien des lycées en zone d'education prioritaire

35 élèves dans les classes de secondes du lycée de Bezons !

Cette année, le lycée de Bezons doit fonctionner avec plus d'élèves mais avec une dotation en nombre d'heures d'enseignement moins élevée. Résultats, certaines classes sont surchargées. Concrètement, cela veut dire des conditions de travail et d'études plus difficiles.

Dans plusieurs lycées, des enseignants et des parents se sont déjà mobilisés à plusieurs reprises, par la grève ou la manifestation. Ils appellent à recommencer le mardi 11 octobre.

Appel à tous les personnels des lycées en éducation prioritaire :

RDV mardi 11 octobre 2016

14 h devant le ministère de l'éducation nationale

11, rue de Grenelle 75007 PARIS

(métro Solferino, Varenne ou Rue du bac)

Pour une carte élargie des lycées en éducation prioritaire, après le succès du 29 septembre,
grève et manifestation le mardi 11 octobre.

Grèves, rassemblements locaux, interpellations de députés, tractages dans les gares et sur les marchés, rassemblement académique devant le Ministère, les nombreuses actions de la journée du 29 septembre ont été un succès et ont montré la détermination des personnels des lycées mobilisés à conserver ou obtenir leur classement en Education Prioritaire. Le rassemblement devant le Ministère, temps fort de la journée, a rassemblé 250 personnes. Les prises de paroles ont montré la détermination des personnels mobilisés. Une délégation a été reçue par un personnel de la DGESCO en charge de l'Education Prioritaire qui a annoncé qu'aucun groupe de travail n'était lancé sur la refonte de la carte des lycées !

Le refus de la Ministre d'apporter des réponses satisfaisantes aux personnels des lycées de l'éducation prioritaire est inacceptable. Il traduit une nouvelle contradiction entre une supposée priorité à la jeunesse et ce qui s'apparente, de fait, à une relégation des élèves des quartiers populaires. Cette sortie des lycées de l'Education Prioritaire va aggraver les inégalités existantes, et dégrader considérablement les conditions d'études et d'enseignement des élèves et des personnels : augmentation du nombre d'élèves par classe, déstabilisation des équipes éducatives confrontées à la perte d'avantages spécifiques. Dans le contexte de crise économique qui touche particulièrement notre académie, et notamment les familles les plus fragiles, c'est d'une toute autre orientation dont a besoin l'Education Prioritaire.

Pourtant, la sortie des lycées de l’éducation prioritaire aurait des conséquences àplusieurs niveaux :

  • La baisse des moyens de fonctionnement.
  • Les lycées en éducation prioritaire bénéficie d’une dotation supplémentaire de3% pour permettre des dédoublements, réduire les effectifs dans les classes, mener des projets pédagogiques... La suppression de cette dotation entrainerait une pression accrue des effectifs par classe.
  • La suppression de l’indemnité ZEP. Elle était une incitation financière (96 euros par mois) pour les personnels à travailler dans ces établissements.
  • La suppression des bonifications en points de mutation. Afin de stabiliser les équipes pédagogiques, des points permettaient aux collègues au bout de 5 ans d’obtenir une mutation plus facilement dans un autre établissement ou dans une autre académie. A l’heure hypothétique liste des lycées dans l’éducation prioritaire, sur l’élargissement de la carte, sur les moyens, sur les bonifications...actuelle, le ministère propose une prorogation de la clause de sauvegarde, c’est-à- dire un maintien de la prime ZEP pendant encore 2 ans. Rien n’est dit sur une

Après plusieurs mois dans l'incertitude totale sur leur avenir, après une rentrée dans des conditions très difficiles, les réponses de la Ministre provoquent colère et exaspération chez les personnels ! La prolongation de la clause de sauvegarde ne concerne pas tous les personnels des lycées et ne fait qu'entériner la sortie des lycées de l'Education Prioritaire

Les sections académiques du SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNFOLC-FO, SNETAA-FO, CGT Educ'action et Sud Education soutiennent les mobilisations actuelles des lycées et appellent les personnels des lycées, les parents d'élèves, à amplifier la mobilisation pour dénoncer la sortie brutale du dispositif et ses conséquences ainsi que l'absence de nouvelle carte élargie des lycées de l'Education Prioritaire. Un préavis de grève est d'ores et déjà déposé pour la journée du 11 octobre.

Les sections académiques demandent à la Ministre d'apporter des réponses rapides à leurs revendications et soutiennent toutes les actions du 11 octobre, dont la grève et le rassemblement devant le Ministère, à 14h.

Pour une carte élargie des lycées de l'Education Prioritaire, continuons et amplifions la mobilisation !

tract d'appel à manifester mardi 11 octobre 2016 à diffuser largement

Partager cet article

Repost 0